fbpx

La saison des allergies approche. En Suisse près de 20% de la population souffre d’allergies. Pollens d’arbres, de graminées ou encore d’herbacées, ils provoquent malheureusement chez la plupart des personnes touchées des rhinos conjonctivites. Une désensibilisation est possible afin d’atténuer les effets allergisants ressentis par l’organisme mais il existe également des méthodes douces pour les apaiser. Quelles sont-elles et comment sont-elles prises en charge par les assurances complémentaires ?

Désensibilisation et vaccins, comment est-ce pris en charge ?

La désensibilisation, également appelée immunothérapie spécifique ou hypo sensibilisation, est une technique visant à faire disparaître partiellement ou totalement, dans certains cas, les troubles de l’allergie du patient. La pratique a bien évolué et permet aujourd’hui une guérison complète dans 70% des cas. Cette méthode se pratique sur le long terme et est souvent choisie par les personnes ne souhaitant pas utiliser des médicaments chaque saison (antihistaminique). 

La désensibilisation (vaccin) est l’injection, sous-cutanée, de doses croissantes d’allergènes afin d’induire une tolérance du système immunitaire du patient. Cette méthode est en revanche assez contraignante pour le patient. Il devra recevoir un grand nombre de doses pour voir l’efficacité : une fois par semaine les trois premiers mois puis une dose par mois jusqu’à la fin de la durée du traitement pouvant aller jusqu’à trois ans. Une année minimum est nécessaire pour voir les premiers effets des injections. Cela dépendra de l’intensité de l’allergie chez la personne. 

L’autre méthode consiste à prendre des comprimés à faire fondre sous la langue, plus préconisée chez les enfants car moins risquée. En effet, avec cette pratique, la dose d’allergène prise par le patient est moins dangereuse car moins forte. 

Ces allergies commencent dès le mois de janvier avec les pollens des bouleaux par exemple, se poursuit en avril avec l’arrivée des pollens de graminées jusqu’en octobre avec les pollens de herbacés qui commencent au début de l’été. De quoi être gêné presque toute l’année. C’est pourquoi il est conseillé de se faire désensibiliser pour améliorer sa qualité de vie car autant le dire, supporter des conjonctivites et le nez qui coule pendant des mois ça joue sur l’humeur…

Le vaccin est, de plus, pris en charge par l’assurance maladie de base obligatoire. Mais seulement 4% des personnes allergiques (ce chiffre comprend également d’autres formes d’allergies : guêpes, animaux, etc.) se font désensibiliser. 

Alors quelles sont les alternatives en médecine douce pour remédier à ces allergies ?

L’homéopathie pour soulager les allergies ?

Grâce aux pouvoirs naturels de l’homéopathie, il est possible de soulager les troubles que l’allergie provoque. Même si cette médication naturelle ne permet pas de l’irradier, elle permet néanmoins d’en soulager les symptômes sans prendre des antihistaminiques qui peuvent donner des effets secondaires. 

Si vous souhaitez essayer de suivre un traitement homéopathique pour soulager votre conjonctivite ou rhinite, nous vous conseillons d’aller voir un homéopathe qui saura vous prescrire le bon traitement et les dosages adaptés à l’intensité de votre allergie.

Même s’il s’agit d’un traitement naturel issu de l’extrait des plantes, l’homéopathie doit être utilisée avec précaution. Il y a certains mélanges à ne pas associer et l’automédication n’est pas recommandée. 

Suivant les symptômes que vous développez face à l’allergie vous ne devrez pas prendre les mêmes comprimés. Par exemple, pour soigner une conjonctivite, les granules d’homéopathie ne seront pas de la même composition que vous traiter une rhinite ni la dose journalière.

Si l’homéopathie est prescrit par un homéopathe médecin vous pourrez être remboursé par l’assurance maladie de base car en effet l’homéopathie fait partie des 4 médecines douces reconnues par la LAMal.

En revanche, si vous consultez un thérapeute homéopathe non médecin, il faudra souscrire à une complémentaire pour être pris en charge.

Lire aussi : L’homéopathie est-elle efficace ?

Vous pouvez souscrire à une assurance complémentaire “Médecines Alternatives” ou/et “Médicaments non-remboursés”. Certaines caisses maladies proposent des packs avantageux.

Vous pouvez faire votre comparaison des primes en ligne grâce à notre simulateur personnalisé et trouver la prime la moins chère !

L’acupuncture pour estomper l’allergie ?

L’acupuncture est également une des 4 médecines douces reconnues par l’assurance maladie de base. Issue de la médecine traditionnelle chinoise, elle utilise les aiguilles et/ou ventouses, etc. pour stimuler les points d’énergie du corps. 

L’acupuncture ne va pas permettre de faire disparaître l’allergie, il faut bien ici noter la différence avec une désensibilisation.

La médecine chinoise conclut que s’il y a des réactions allergiques qui se produisent chez certaines personnes c’est qu’il existe des déséquilibres du flux d’énergie dans leur organisme. Ces déséquilibres empêchent le corps de se défendre contre les agressions des pollens par exemple et provoquent ainsi les symptômes.

En stimulant les points d’énergie du corps grâce aux aiguilles, cette thérapie va donc permettre de retrouver un équilibre énergétique dans l’organisme et d’éliminer les tensions et blocages qui existent. 

Il est préconisé de pratiquer cette méthode au début de la saison hivernale afin de préparer le corps avant l’arrivée des premiers pollens. En général, il est nécessaire de faire 4 à 5 séances pour voir les premiers effets.

Suivant les patients et l’intensité de l’allergie, il faudra refaire des séances à l’hiver suivant, et ce, pendant 2 à 3 ans.

Même si l’acupuncture est prise en charge par l’assurance maladie de base, il est préférable de souscrire à une complémentaire. Car la LAMal prendra en charge que les séances pratiquées par un médecin spécialisé en médecine chinoise. Or, aujourd’hui, il est possible de voir un thérapeute pratiquant l’acupuncture mais étant inscrit au RME et non médecin. Dans ce cas, seule l’assurance complémentaire “Médecines Alternatives” pourra vous rembourser les séances.

Lire aussi : Comment être pris en charge pour ses séances d’acupuncture ?

Comparez les assurances complémentaires Médecines Douces

Les caisses-maladie n’offrent pas toutes les mêmes prestations pour l’assurance complémentaire « Médecines Alternatives ».

Comparez les offres pour faire le meilleur choix !