La nutrition est un aspect très important de notre bien-être et nous sommes de plus en plus nombreux à nous soucier de ce que nous mangeons, particulièrement à cause de nos modes de vie (stress, sédentarité…) et de notre dépendance à l’alimentation industrielle.

Clara a décidé de devenir nutrithérapeute suite à un parcours de vie lui ayant permis de se rendre compte à quel point l’alimentation est la base de notre santé. Aujourd’hui, elle exerce auprès de Massage-Nutrition dans le canton de Neuchâtel et a bien voulu nous accorder un peu de temps pour répondre à nos questions :

 

  • Bonjour Clara, peux-tu te présenter brièvement et nous parler de ton parcours ainsi que des raisons qui t’ont poussée à t’orienter vers la nutrition ?

Bonjour, je suis nutrithérapeute depuis septembre 2017 après avoir suivi une formation supérieure en nutrition, spécialisée en médecine environnementale. Je me suis lancée dans le domaine de la nutrition suite aux différentes expériences que j’ai pu traverser avec ma santé, mais surtout celle de mes proches. La citation d’Hippocrate, le père de la médecine a pris tout son sens pour moi : « Que l’aliment soit ton médicament ». Depuis tout va mieux !

 

  • Peux-tu nous éclairer sur les différents métiers de la nutrition et sur ce qui te distingue d’un diététicien par exemple ?

La nutrition se pratique de manière assez différente selon les formations suivies. Il existe des domaines qui sont prescriptifs, comme celui dans lequel j’évolue, c’est-à-dire que le thérapeute peut prescrire des analyses, des vitamines ou minéraux, ce qui n’est pas le cas pour d’autres secteurs, parfois assez basiques. La diététique est assez basée sur la perte de poids, alors que la nutrition cible davantage d’autres problématiques de santé, même si les problèmes de poids en font évidemment partie. Pour ma part, je suis spécialisée dans les toxiques environnementaux (perturbateurs endocriniens, pesticides, etc..). C’est une approche beaucoup plus large de la nutrition, qui permet d’aller plus loin dans le soin global de la personne.

 

  • Quel type de patients conseilles-tu en particulier ?

Les patients les plus à l’écoute de leur corps, celles et ceux qui ont compris que la base de la santé se trouve dans leur assiette. Celles et ceux également qui souhaitent faire un changement dans leur hygiène de vie. Il est indispensable d’avoir du soutien, de l’écoute, ainsi qu’un programme bien défini et surtout personnalisé, pour atteindre ses objectifs.

 

  • A ton avis, quels problèmes actuels font que certaines personnes cherchent à améliorer leur façon de manger et éprouvent le besoin de te consulter ?

Les personnes qui ont parfois des pathologies lourdes (cancers, maladie auto-immune, etc..) mais toute personne soucieuse des conséquences de la « malbouffe » et du traitement des aliments, leurs provenances, etc.. En effet, avec les aliments ultra-transformés consommés de façon trop régulière, le stress et le mode de vie (alcool, manque de sommeil, pollution, etc ), les répercussions sur la santé ne sont peut-être pas immédiats, mais l’explosion des cancers ces dernières décennies font réfléchir les gens…car ils touchent également les enfants à présent !

 

  • Tes consultations sont-elles prises en charge par l’assurance-maladie et/ou par une assurance complémentaire ?

Oui la nutrition est prise en charge, selon les modalités des caisses maladie, lorsque l’on a souscrit à une complémentaire pour les médecines alternatives. Et grâce à cette prise en charge et les changements opérés, je vous promets de belles économies en médicaments et consultations chez le médecin.
Il faut se renseigner auprès de son assureur, afin de bien vérifier les détails de la prise en charge, qui varie selon l’assurance.

 

  • Enfin, peux-tu donner quelques conseils à nos lecteurs sur les aliments à privilégier pour être en forme cet hiver ?

Le premier atout d’une bonne vitalité est de bénéficier des bienfaits des aliments de saison, au mois de décembre par exemple il convient de manger : des choux et des carottes, ainsi que des oranges et des kiwis, sans oublier les traditionnelles pommes de chez nous. Manger de saison apporte tous les bénéfices des vitamines dont nous avons besoin. Ce devrait être systématique… on ne mange pas des fraises en hiver, elles poussent dès le printemps ! Et puis il est important de sortir prendre l’air, si possible d’aller chercher quelques rayons de soleil afin de capturer la vitamine « soleil » (vitamine D) essentielle au soutien de notre système immunitaire.
Faire une petite cure de vitamine C durant tout l’hiver pour se protéger des refroidissements.
Et pour terminer, prenez le temps de dormir suffisamment, buvez de l’eau même si vous n’en sentez pas le besoin et pratiquez une activité physique régulière, en prenant du plaisir, qui est essentiel à notre santé !

 

Pour plus d’informations sur l’activité de Clara, n’hésitez pas à consulter son site Web massage-nutrition.chLogo Massage Nutrition